La peur - Management RH - Développement RH
Formation, Conférence & Reconversion. Gestion des émotions, transformation & accompagnement collaborateurs, Managers & Ressources Humaines.
Accompagnement , développement , coaching , méditation , pleineconscience , conscience , développementperso , développementpersonnel , personnel , apprendre , comprendre , développer , setransformer
25428
post-template-default,single,single-post,postid-25428,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_menu_slide_from_right,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

La peur

La peur

La peur est un conditionnement essentiel de survie de l’espèce et l’une des quatre émotions principales. Ce n’est pas une émotion valorisée dans nos sociétés modernes. Dans les récits de guerres contemporaines, il est préférable d’indiquer que les soldats font preuve de courage plutôt que d’avouer qu’ils ont été d’une façon ou d’une autre, soumis à la peur.  Pourtant aujourd’hui, cette émotion est le carburant de notre société qui nous fait voter, aller au cinéma pour se “faire peur” ou encore à acheter des billets pour un parc d’attractions. Cette émotion est la source principale d’actions dans l’histoire de l’espèce humaine. Tout le monde ressent la peur. 

La peur et l’inattendu 

Lorsqu’un événement soudain se produit, le cerveau se met en “pilote automatique”, il est incapable de réagir de façon habituelle. L’émotion principale qui en découle est la peur. Cette émotion nous conditionne à réagir de trois façons possibles :

  • La fuite
  • La sidération
  • La lutte

Ce sont les trois réactions émotionnelles de survie qui permettent d’assurer l’éloignement du danger potentiel ou réel. Cette émotion nous fait agir et aller chercher de l’aide. L’humain est programmé pour trouver une forme de réconfort auprès de ses proches ou dans son environnement. Systématiquement, les émotions conditionnent nos pensées, nos paroles et nos actes. 

La fuite 

Il s’agit de fuir au sens littéral du terme, en s’éloignant physiquement d’un danger ou au sens figuré en se mettant dans une position d’absence momentanée. Souvent, le déni est associé à ce mécanisme de défense.

 

La sidération

L’absence de réaction est une réaction. Malgré l’impossibilité totale d’action sur le moment, la sidération est un réflexe de survie face à une peur. L’absence de mouvement permet de ne pas être vue et donc de survivre. Pour la personne qui vit ce moment de sidération, il est important de noter que ni la pensée, ni la parole, ni l’action ne sont possibles, le système émotionnel est déconnecté.

 

La lutte

La lutte est une volonté qui pousse à agir au dépend d’une analyse rationnelle de la situation. Le principe est de se battre pour vaincre le danger, sans être sûr de gagner, ni de réussir. Il est même possible que le cerveau réagisse avec les trois réflexes de survie en simultanés.

La quatrième réaction, l’anticipation.

L’anticipation est la capacité que chacun a à regarder ses peurs en face et de les affronter. A ce moment-là, il est possible de prévoir et d’anticiper les situations et les événements qui provoquent cette émotion. La difficulté ici est d’anticiper, sans entrer dans un fonctionnement obsessionnel. Pour ne plus être tributaire de ses émotions en situation réelle, la méthode consiste à prêter attention aux pensées qui surviennent, alors qu’il n’y a pas de danger immédiat. Ceci dit, il ne faut pas confondre la représentation de ce qui nous effraie et la réalité. Dans une majorité des cas, la peur est une représentation d’une situation qu’on ne connaît pas encore et n’est pas fondée sur un danger réel.

La réaction du cerveau face à la peur

Pour que notre cerveau comprenne une situation, il a besoin de la comparer à une situation contraire déjà rencontrée. Cela lui permet d’obtenir un point de comparaison et d’évaluer le niveau de danger généré par une situation. Il va donc confronter l’individu à la sensation opposée à la peur pour évaluer le niveau d’intensité de la peur.

 

La théorie du transfert d’excitation

Selon la théorie du transfert d’excitation, certaines situations provoquent des réactions disproportionnées à un stimulus apparemment inoffensif. L’excitation ressentie chez les personnes concernées montre que l’enchaînement rapide d’événements amène des réactions anormalement intenses. La concomitance d’événements soudains et intenses provoquent une suite de réactions émotionnelles qui s’estompent avec du temps et un travail sur soi. 

Déconstruire l’anxiété

Pour maîtriser ses peurs, il faut les rendre familières. Plus le cerveau est confronté à ce qui l’effraie, plus il se familiarise et déconstruit ses peurs. Pour déconstruire l’anxiété, il faut affronter ses terreurs. L’objectif est de matérialiser ses craintes, les amplifier pour se rendre compte que nous maîtrisons les situations. Pour cela, un tableau s’avère particulièrement efficace. Il permet de noter

  1. En première colonne : L’événement.
  2. Ensuite, notez sur 10 l’intensité de l’émotion.
  3. Notez les pensées automatiques qui surviennent en vous et qui créent l’angoisse.
  4. Pour finir, notez les pensées alternatives qui vous font relativiser sur ce qui se produit en vous.
Illustration de la peur - Comprendre la peur

Maîtriser ses peurs

Dans un épisode de la saga Harry Potter, les élèves sont invités à faire sortir d’une armoire magique, un Épouvantard. L’Épouvantard est la représentation atténuée de leur crainte profonde. Le professeur montre ainsi comment affronter les angoisses en les transformant d’un coup de baguette magique. La formule employée est « Ridiculous », rendre ridicule, les émotions qui nous pétrifient. Affronter sa peur, c’est avant tout la ramener à ce qu’elle est, une émotion, une énergie qui émane de nous et que nous créons.

 

Ici, ce qui est important de noter, c’est que cette émotion attend une réaction physique et pas seulement une réaction cognitive. Si le travail de la peur ne se fait que sur l’aspect psychologique, ce travail nourrit la peur. C’est pour cette raison qu’il faut agir “physiquement” sur la peur pour la vaincre.

Abonnez-vous à la chaîne Youtube de Management RH

Comprendre la peur

La peur est une émotion qui montre ce qui pourrait se produire en l’absence de réaction de notre part. Dans l’article : Conditionnement émotionnel nous avons vu que les émotions nous poussent à agir et nous conditionnent. A noter que 92% de nos peurs ne sont fondées sur aucun élément rationnel.

 

La peur, l’une des quatre émotions principales

Comme vous l’avez découvert dans les articles dédiés à la peur, notamment : Conditionnement émotionnel, la peur est une des quatre émotions identifiées par Daniel Goleman. De la peur découle plusieurs émotions dérivées : l’anxiété, le stress, l’angoisse.

 

Comment observer sa peur ?

Dans l’article “Comment observer vos émotions”, vous avez pu découvrir les techniques qui vous permettent de scruter la façon dont émerge les émotions et les pensées en vous. Cette observation vous permet de déconstruire la peur et l’anxiété. Notamment avec le tableau expliqué un peu plus haut dans l’article.

 

La peur en entreprise

Lors de l’arrivée du Covid-19 en France de manière officielle, les dirigeants de toutes les entreprises de France et du monde ont pris des décisions. Ces décisions étaient prises à l’aune des informations disponibles en mars 2020. Nous avions une très mince compréhension de ce qu’était ce nouveau Coronavirus et des conséquences liées à son apparition. En revanche, tous ces dirigeants ont pris des décisions engageant des millions d’autres personnes, sous l’émotion de la peur et du stress généré par cette période. Le problème n’est pas de ressentir cette peur ou quelque émotion que ce soit. La problématique soulevée ici : C’est que personne n’avait même conscience de ressentir de la peur.

Il y avait même un déni généralisé, comparant le Corona Virus à tout autre épidémie de grippe. Le sentiment partagé dans la population étaient que les mesures étaient disproportionnées pour une “simple grippe qui ne touche que les vieux” et qu’il « ne fallait pas arrêter le business pour si peu ». Voilà le type de petites phrases avec lesquelles tout à chacun se rassurait. Nous n’en savions rien mais, nous l’affirmions. Alors que factuellement, toutes personnes conscientes de ce qui se produisait pouvait légitimement ressentir une crainte certaine.  Encore une fois, dans nos sociétés occidentales, nous n’avons pas été éduqué à comprendre, ni à ressentir les émotions au moment où elles se présentent. La forme qu’elles prennent est multiple et comme le dit très bien : Dzogchen Ponlop Rinpoche : Derrière chaque pensée, il y a une émotion. Ce sont ces pensées qu’il faut observer pour travailler sur nos émotions.

 

Conclusion sur la peur

La peur est le stratège du cerveau. C’est pour ça qu’il ne faut ni la fuir, ni la combattre mais, comprendre comment l’apprivoiser pour la transformer en une alliée. C’est aussi cela la capacité d’anticipation évoquée plus haut. Il est plus simple d’accepter et de comprendre les émotions des autres, en regardant ce que la peur provoque en soi. Comprendre vos peurs vous permet d’en prendre soin pour avancer avec une plus grande confiance.

Pour terminer, je vous invite à lire l’ouvrage de Christophe André Psychologie de la peur, Craintes, Angoisses et phobies. Vous trouverez également ci-dessous une vidéo de Et tout le monde s’en fout qui traite de cette thématique avec humour et réalisme.

Et tout le monde s’en fout #37 – La peur

AVERTISSEMENT : cette vidéo peut heurter la sensibilité des gros durs.

Une série créée par Fabrice de Boni et Axel Lattuada Écrite par Fabrice de Boni, Marc de Boni et Axel Lattuada Produite par Mia Productions / Christophe Baudouin Réalisée par Fabrice de Boni Interprétée par Axel Lattuada et Hugo André