Comment les campagnes d’entretiens et objectifs peuvent renforcer le sentiment d’appartenance à l’entreprise ?

Comment les campagnes d’entretiens et objectifs peuvent renforcer le sentiment d’appartenance à l’entreprise ?

Attirer des talents, fidéliser ses salariés, faire qu’ils se sentent fiers de travailler dans votre entreprise… Voici ce que recherchent tous les employeurs. Quelles méthodes utiliser pour y parvenir ? Si le montant des rémunérations accordées aux salariés ou l’environnement de travail restent importants, il ne faut toutefois pas s’arrêter là. Les perspectives d’évolution et les moyens mis à disposition par l’entreprise pour faire monter ses collaborateurs en compétences deviennent de plus en plus essentiels aux yeux des salariés.

L’une des méthodes pour répondre à ce besoin peut passer par les campagnes d’entretiens annuels et professionnels. Aussi faut-il bien les mener pour satisfaire ses collaborateurs.

Les salariés veulent être accompagnés dans leur évolution de carrière

Selon une étude Adecco-BCG auprès de 4 700 cadres, 76 % des salariés interrogés estiment que leurs employeurs sont « responsables » de leur formation professionnelle. En d’autres termes, les collaborateurs attendent de leur entreprise qu’elle investisse dans leur montée en compétences. Cependant, force est de constater que les employeurs ne se saisissent pas assez du sujet. En effet, les données de l’OCDE montrent année après année le retard de la France en la matière. Seuls 32% des salariés français ont suivi une formation en 2018, contre 41% dans les autres pays de l’OCDE.

L’Etat, avec la mise en place de l’entretien professionnel obligatoire tous les deux ans pour toutes les entreprises, est venu répondre à cette demande depuis 2014. Cet entretien engage la responsabilité des employeurs dans le suivi de l’évolution de carrière de leurs salariés, et peut les sanctionner en cas de manquement.

Les campagnes d’entretiens et objectifs sont jugées inefficaces

Le suivi de l’évolution des compétences et de la carrière du salarié passe généralement par les campagnes d’entretiens et objectifs. Cependant, rares sont celles qui ont bonne presse en interne, autant du côté des managers que des collaborateurs qui les jugent généralement inefficaces.

Est-ce un problème d’organisation ? Il est vrai que ce rendez-vous nécessite une sacrée logistique, tant le nombre de micro-tâches à réaliser est important :

  • concevoir les formulaires,
  • communiquer en interne sur les enjeux de la campagne,
  • former les managers à la conduite des entretiens,
  • préparer et mener les entretiens,
  • rédiger les comptes-rendus,
  • analyser les comptes-rendus,
  • modifier le plan de formation

Les DRH passent ainsi plus de 80 % de leur temps à gérer les processus d’entretiens plutôt qu’à réaliser des bilans de ceux-ci. Soit autant de temps qu’ils ne peuvent consacrer aux plans de formation de l’entreprise et au suivi de l’évolution des salariés. La transformation numérique et plus spécifiquement un logiciel RH, peuvent ici vraiment changer la donne.

Automatiser les campagnes d’entretiens pour se concentrer sur l’essentiel : le salarié

L’entretien individuel est avant tout un moment privilégié entre un manager et un collaborateur. Il ne doit en aucun cas être une succession de cases à cocher. Ce moment doit, au contraire, permettre d’avoir une vraie prise de recul sur les compétences et les perspectives d’évolution d’un salarié.

Sa préparation, aussi bien par le salarié que son manager, est donc essentielle pour qu’il soit vraiment efficace. Aussi faut-il pouvoir faciliter l’échange d’informations entre les différents interlocuteurs : envoyer un formulaire aux différents collaborateurs, suivre l’avancée des préparations, relancer les retardataires, simplifier l’émission d’un compte rendu… autant d’actions qui peuvent désormais être automatisées avec un outil RH.

Les managers et les collaborateurs deviennent ainsi de vrais acteurs de l’entretien. Les DRH n’ont plus qu’à piloter le processus et peuvent se dédier à des tâches à haute valeur ajoutée pour répondre aux besoins de formation des effectifs. Une entreprise qui donne les moyens à ses équipes de grandir est un vrai atout pour la marque employeur, et contribue indéniablement à renforcer le sentiment d’appartenance de ses salariés.