Management RH | Le monde des Ressources Humaines en 2021
24157
post-template-default,single,single-post,postid-24157,single-format-standard,ajax_updown,page_not_loaded,,qode-title-hidden,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Le monde des Ressources Humaines en 2021

Examen de conscience d’un professionnel RH.

Avons-nous perdu tout esprit d’auto-critique et le sens de la réalité ?

On lit ici et là des prophètes médiatiques qui détiennent la “vérité” d’un métier. Certains constats enfoncent des portes ouvertes en oubliant de se demander :

  • Quel a été l’enchaînement de causes et de conséquences qui nous amène à la situation que nous vivons ?
  • Quel est le sens de ce que nous traversons en 2020 / 2021 et pour quel avenir ?

Constat & Propositions

La fonction RH est depuis de nombreuses années sous le feu des critiques. Inefficace, mal formée et d’après les dires relatés dans la presse, elle contribue à un système pas toujours très “Humain”. Est-ce sans raison ? N’avons-nous rien fait pour favoriser cette vision partagée dans la population active ? Serions-nous, comme certains le disent, moins aimés que les banquiers eux-mêmes ?

Et maintenant que faisons-nous pour que cela change ? Une chose est certaine, la fonction RH est multiple, complexe et dépend souvent de paramètres sectoriels, de taille d’entreprise et d’une volonté (consciente ou non) des Directions Générales. La réalité est loin d’être uniforme. Toutes les entreprises n’ont pas la même maturité RH, ni la même composition de services. Quelle est la part des entreprises ayant positionné un RH, à une fonction de Direction ?

Que faisons-nous des milliers de professionnels RH – assistants, chargés, managers, responsables qui œuvrent tous (à côté d’un DRH ou non) pour le développement des collaborateurs et des organisations ?

En tant que professionnel RH, il nous appartient d’entendre et d’écouter les critiques dont nous sommes l’objet depuis plus de 20 ans. Cette nécessaire remise en question n’est pas du masochisme mais au contraire la nécessité de “faire mieux”, d’améliorer et de prendre de la hauteur sur notre mission, quel que soit notre poste, la période ou les circonstances. C’est un appel à la responsabilité individuelle que je partage à la communauté RH, sans distinction.

  • Quelles actions concrètes avons-nous prises pour prendre de la hauteur sur nos missions ? Comment les améliorer ?
  • La crise a -t-elle été pour nous un moyen de transformer les actions de votre service ?
  • Comment et avec quelles orientations ?

La crise que nous vivons est l’opportunité pour chacun d’apprendre et de passer par une inévitable remise en question. Le doute et les questionnements ne peuvent être passés sous silence parce que nous affirmons être les plus qualifiés pour faire le job.

L’humilité face à la crise sanitaire, économique et de sens que nous traversons, amène tout à chacun à repenser ses actions. Comment concrètement ?

En prenant de la hauteur sur les sujets RH

Les professionnels que nous sommes sont souvent occupés à répondre aux obligations légales ou sociales en appliquant strictement les consignes et les process pensés par d’autres. Le secteur attend bien trop souvent : “Un kit pour la crise”, du prêt à penser, du prêt à appliquer, pour ne pas à avoir à remettre en question l’existant. La défiance que la société nous porte vient de notre incapacité à nous remettre en question collectivement.

Les fonctionnements hiérarchiques et administratifs appliqués depuis les années 70 (avec l’administration du personnel) ont contribué à la déconnexion de ce qu’est notre mission : Développer l’Humain avec, par et pour l’entreprise.

En repensant nos actions quotidiennes

Les RH sont pris dans un flux d’obligations au quotidien. C’est un constat partagé qui revient dans nombre d’événements et d’échanges. Quelle est la marge de manœuvre effective laissée aux départements RH et avec quels moyens ? Quelles sont les ressources allouées aux populations RH pour permettre d’innover et de progresser ? Il n’y a finalement que très peu de lieux d’échange, ouverts et qui permettent d’apprendre de nos pairs, par la remise en question de notre système, de nos habitudes et de notre modèle.

La fonction RH, recrute, c’est vrai. Il suffit de consulter le site du Ministère du Travail (ci-dessous) pour se rendre compte de la réalité appliquée par les entreprises : pratiques discriminantes, très éloignées des valeurs humaines défendues par la fonction et de ceux qui l’incarnent. Sans compter les témoignages de RH qui expliquent qu’ils agissent à l’encontre de leur valeurs.

Pour l’ensemble des entreprises testées, l’étude met en évidence une discrimination significative et robuste selon le critère de l’origine, à l’encontre du candidat français présumé maghrébin, dans tous les territoires de test. Nous trouvons également une discrimination plus faiblement significative selon le lieu de résidence, pour une partie des tests. Au niveau de chaque entreprise, nous identifions sur le critère de l’origine entre 6 et 7 entreprises statistiquement discriminantes sur les 40 entreprises testées. Ministère du Travail.

La fonction RH forme les collaborateurs, c’est vrai. Depuis des décennies, la fonction des Ressources Humaines reproduit un système inégalitaire où les plus formés seront les plus formés tout au long de la vie. Les moins formés resteront les moins formés. Ne serait-ce que sur la formation, nous avons en héritage un système inégalitaire, sous le coup d’influence syndicalo-politique et pour le moins opaque.

Près de la moitié des salariés ont suivi une formation professionnelle dans l’année. Ils ne sont toutefois qu’un quart dans les petites entreprises, contre 63 % dans les plus grandes. Les plus diplômés en bénéficient aussi davantage que personnes sorties de formation initiale sans diplôme. Observatoire des inégalités mai 2019.

Les professionnels RH sont isolés et n’ont pas d’accompagnement spécifique institutionnalisé. Et ce malgré les situations rencontrées, les pressions exercées de part et d’autre, il n’y a rien. A défaut de vérité, la réalité vécue sur le terrain amène aux points suivants :

Les professionnels RH sont seuls face aux situations Humaines. Entre le marteau et l’enclume, les collaborateurs et les directions générales.

Les professionnels RH n’ont pas d’accompagnement professionnel tout au long de leur carrière.

Ce sont tous les professionnels RH qui ont permis de mettre en œuvre une politique gouvernementale non anticipée avec brio.

Alors une fois ce constat fait, que pouvons-nous proposer ?

En premier lieu, nous pourrions créer, tout comme au Canada, l’Ordre des Ressources Humaines. Chaque professionnel RH qui souhaite exercer est accompagné et certifié. Dans le secteur du coaching professionnel, il existe des supervisions de coachs. Comment se fait-il que l’idée n’est pas encore traversée la tête des 300 000 professionnels qui sont en seconde ligne dans toutes les crises.

Le social learning est plébiscité par tous dans le secteur RH. Comment pouvons-nous mettre en place une réflexion commune et représentative ?

Emanciper la fonction des questions strictement politiques et affirmer ce que nous sommes des professionnels de l’Humain et non pas des politiciens médiatiques sous influence.

Le but de cet article est de rappeler que les discours d’autosatisfaction, “incapable de remise en question” n’ont pas touché l’entièreté de la fonction RH et qu’il reste une frange du secteur des Ressources Humaines qui a conscience que nous devons faire mieux, innover et (se) transformer, maintenant !

Je tenais à saluer toutes les personnes qui ont œuvré pour maintenir un lien, une information à travers les différentes plateformes ou groupes de discussion en 2020. Toutes ces personnes qui n’ont pas de tribune mais qui œuvrent dans l’ombre pour que le quotidien des salariés soit meilleur.

Je salue également tous les professionnels qui, avec des résumés quotidiens ou hebdomadaires, ont informé, partagé et vécu l’information avec et pour les autres. Ces informations, ce soutien ont été le fondement d’actions concrètes pour des centaines de milliers de collaborateurs. La crise de 2020 a été gérée par l’ensemble des professionnels RH & Managers par les différents acteurs mais, n’oublions pas que nous avons une responsabilité active dans les orientations et les choix de valeurs que nous opérons au quotidien.